Skip to Content

L'art du jumelage

Un programme de mentorat, c’est bien plus qu’une banque de mentor(e)s. C’est, entre autres, un service de jumelages soigneusement étudiés qui permet à deux personnes d’échanger et de partager leurs vécus afin d’apprendre l’un de l’autre et s’enrichir mutuellement.

Comme mentoré(e), vous avez conscience de l’importance d’un bon jumelage, mais vous êtes-vous déjà demandé quels sont les critères pris en compte par les coordonnatrices et coordonnateurs du mentorat pour effectuer un bon jumelage et maximiser le succès de votre dyade? C’est ce que nous tenterons d’éclaircir avec Dany Lizotte, coordonnatrice au Réseau Mentorat Montréal.

Q. Pour débuter, peux-tu nous expliquer en quelques mots, qu’est-ce qu’un jumelage exactement?

Dany : Le jumelage (ou le pairage) est le fait de présenter un(e) mentor(e) à l’entrepreneur(e). C’est une étape très importante de l’expérience de mentorat pour l’entrepreneur(e) et pour le(la) mentor(e).

Le premier appel avec l’entrepreneur(e) est un moment privilégié pour moi d’en apprendre davantage sur ses besoins spécifiques, mais surtout, sur sa personnalité. Comme l’humain est un élément clé du mentorat, nous devons pouvoir proposer un(e) mentor(e) qui sera aligné aux caractéristiques humaines de l’entrepreneur(e).  

Un bon jumelage, c’est l’union entre deux personnes qui vont bien connecter et qui vont avoir le goût de multiplier les rencontres.

Q. Lors de la première entrevue avec un(e) mentoré(e) potentiel(le), que cherches-tu à savoir? Quelles questions poses-tu à l’entrepreneur(e)?  

Dany : Je cherche à aller au-delà du formulaire d’inscription et des « données » entrepreneuriales. Le parcours, les défis déjà relevés, ceux à venir. Aussi et surtout, quel type d’entrepreneur(e) est-il(elle)? Ses motivations, ses fiertés et ses craintes.

C’est une très belle occasion d’échanger et de favoriser l’ouverture. Être à l’écoute de la personne derrière l’entrepreneur.

J’en profite aussi pour lui demander qui pourrait-être son « mentor(e) de rêve ». Des traits de personnalité, avec qui aime-t-il(elle) parler entrepreneuriat, de qui aimerait-il(elle) s’inspirer.

C’est un des très beaux privilèges de mon travail d’avoir ces échanges avec tous ces entrepreneur(e)s passionnant(e)s et passionné(e)s. 

Q. T’arrive-t-il d’avoir des mentoré(e)s qui ont des demandes spéciales concernant leur jumelage? Si oui, respectes-tu systématiquement leur demande ou t’est-il déjà arrivé de les challenger dans leur demande, sachant qu’un(e) autre mentor(e) leur serait bénéfique?

Dany : C’est rare mais certain(e)s entrepreneur(e)s ont parfois une liste bien étoffée. D’autres font entièrement confiance au processus.

Si j’ai des demandes spéciales, à nouveau, je vais me concentrer sur les caractéristiques personnelles des demandes (des traits de caractères par exemple). Si je peux répondre à la demande (ex. : avoir un homme ou une femme mentor(e)), je vais répondre à la demande sinon, je tente de bien comprendre les raisons derrière et cela promet toujours d’être un échange très riche. J’adore!

Q. Maintenant que l’on comprend plus aisément ce qu’est un jumelage entre mentor(e) et mentoré(e), peux-tu nous nommer quelques-uns des autres facteurs qui contribuent au succès d’une dyade ? De plus, est-ce vrai que le jumelage est le plus grand facteur de succès d’une dyade?

Dany : Une bonne dyade c’est deux personnes qui connectent, qui éprouvent du respect l’un envers l’autre, qui voit de la valeur ajoutée à leur présence et leurs rôles respectifs. À nouveau, le côté humain prend toute la place et je crois que le jumelage permet une entrée en la matière pour maximiser les chances de réussites.

Q. Qu’arrive-t-il si la chimie n’est pas présente entre les deux candidat(e)s? Que ce soit dès la première entrevue ou après un certain nombre de rencontres? De combien de temps disposent les mentor(e)s et mentoré(e)s pour officialiser leur jumelage?

Dany : Malgré toute notre bonne volonté, il se peut que la chimie ne soit pas au rendez-vous dès la première rencontre. Bien des facteurs peuvent être en cause et le jumelage en fait partie. Mais nous demandons quand même qu’il y ait quelques échanges avant de faire un changement. L’inconfort d’une première rencontre, bien installer les bases du mentorat et du déroulement, créer un sentiment de confiance. Tous ces éléments sont importants et doivent être respectés c’est pourquoi parfois, plus d’une rencontre est nécessaire. Si, après cela, la connivence et la confiance ne sont toujours pas développées, nous allons proposer un(e) autre mentor(e) avec plaisir.

L’objectif du mentorat est d’offrir un moment de qualité pour faire grandir et développer les compétences entrepreneuriales et mon rôle est de m’assurer que les personnalités et les attentes de tout un chacun, entrepreneur(e)s comme mentor(e)s, sont respectés!